8 superfruits à adopter d’urgence

8 photos
La myrtille, protecteur des yeux

La myrtille, protecteur des yeux

Cette baie que les promeneurs ont plaisir à cueillir à la fin de l’été présente des vertus intéressantes pour les seniors. Fraîche, surgelée ou séchée, elle prend soin de notre vue. D’ailleurs, durant la Seconde Guerre mondiale, les pilotes d’avion britanniques avaient pour ordre de consommer de la confiture de myrtilles afin d’améliorer leur vision nocturne ! « Les connaissances actuelles confirment cet usage. Les flavonoïdes (antioxydants) du fruit renforcent le réseau sanguin de la rétine, ce qui contribue à ralentir la dégénérescence maculaire », assure le spécialiste. Toutefois, comme elle ne peut pas tout à elle seule, les vitamines antioxydantes sont également un bon complément pour protéger la rétine. Pour renforcer l’action de la myrtille, on peut la consommer avec du kiwi pour la vitamine C, des abricots ou des carottes pour le bêta-carotène et des noix pour la vitamine E.

Photo 1/8© Istock/Getty Images
Le mangoustan  : stimulant physique et psychique

Le mangoustan  : stimulant physique et psychique

Fruit du mangoustanier vénéré depuis des siècles en Asie tropicale, cette baie arrondie légèrement aplatie a la taille d’une balle de golf. À l’intérieur, des quartiers de chair blanche juteuse et sucrée (70 kcal/100 g) renferment des graines.

Pourquoi y goûter ? Ce fruit énergétique stimule le corps et l’esprit mais il contient aussi plus de 40 xanthones, des antioxydants qui préviennent la dégénérescence de nos cellules. Ses fibres optimisent le fonctionnement du système digestif et régule l’appétit.

Comment la consommer ? En pur jus, à raison de 30 ml/jour le matin à jeun, le temps d’une cure antioxydante et antifatigue d’1 mois.

Photo 2/8© Istock/Getty Images
Le goji  : antistress et antifatigue

Le goji  : antistress et antifatigue

Venue des régions froides de l’Himalaya où de nombreuses légendes vantent ses bienfaits, la baie de goji (370 kcal/100 g de fruit séché) ressemble à une cerise allongée avec un truc en plus toutefois : sa superpuissance antioxydante.

Pourquoi y goûter ? De nombreuses études sérieuses ont confirmé ses propriétés antioxydantes et immunostimulantes. Mais la baie protège également des effets néfastes du stress, de la fatigue. Elle entretient le foie, le système cardiovasculaire, la vision, la santé de l’intestin… Bref, elle a tout pour plaire !

Comment la consommer ? En fruit séché à raison de 2 à 4 c. à soupe de baies bio pendant au moins 6 mois. Attention, le goji peut se révéler légèrement laxatif.

Photo 3/8© Istock/Getty Images
L’argouse  : tonifiante et pro immunité

L’argouse  : tonifiante et pro immunité

Plante originaire des régions montagneuses et tempérées d’Europe, l’argousier pousse dans nos massifs (Alpes du Sud notamment). Comme l’acérola, son fruit jaune orangé (52 kcal/100 g) est 30 fois plus riche en vitamine C qu’une orange.

Pourquoi y goûter ? Tonifiante, protectrice de l’immunité, l’argouse est un puissant revitalisant en prévention ou en traitement des maladies hivernales. « Sa richesse en oméga-3, oméga-6 est également une aubaine pour les femmes ménopausées, les personnes âgées, les végétaliens/végétariens dont le régime alimentaire manque parfois d’acides gras essentiels », souligne le spécialiste.

Comment la consommer ? 2 à 4 gélules chaque jour, dosées à 250 mg de poudre de baies d’argousier par gélule, à répartir aux repas du matin et du midi. En traitement de fond de 2 mois minimum.

Photo 4/8© Istock/Getty Images
L’aronia  : piégeur de radicaux libres

L’aronia  : piégeur de radicaux libres

Appelé « gueule noire » au Canada, ce fruit sombre cultivé en Amérique du Nord et dans les pays scandinaves est passé du statut de colorant alimentaire naturel à superfruit grâce à des études qui ont montré son puissant effet antioxydant.

Pourquoi y goûter ? Peu calorique (50 kcal/100 g), son jus renferme de grandes quantités d’anthocyanes, des flavonoïdes qui possèdent la plus forte capacité antioxydante. Ils réduisent le stress oxydatif et luttent contre l’action délétère des radicaux libres qui nuisent aux composants de nos cellules.

Comment la consommer ? En pur jus, à raison de 50 à 100 ml/jour après le repas, en cure d’1 mois à renouveler dans l’année.

Photo 5/8© Istock/Getty Images
La canneberge  : antiseptique

La canneberge  : antiseptique

L’Amérique du Nord est le premier producteur mondial de cranberry (canneberge), cette cousine ultralégère de la myrtille avec ses 46 kcal/100 g.

Pourquoi y goûter ? « L’action antiseptique de ses polyphénols (antioxydants) empêche les microbes de se fixer sur les muqueuses et en particulier celles de la vessie », explique Nicolas Oger. Ainsi, la canneberge a prouvé son effet préventif contre l’infection urinaire sous condition d’une prise continue d’une gélule/jour de 36 mg minimum de poudre active. Mais quand la cystite est déclarée, il faut la soigner avec un antibiotique.

Comment la consommer ? En traitement de fond contre les cystites récidivantes à raison d’1 gélule dosée à 36 mg/jour pendant au moins 6 mois.

Photo 6/8© Istock/Getty Images
L’açaï  : une mine d’antioxydants

L’açaï  : une mine d’antioxydants

Petite bille noire à l’allure de grosse myrtille, l’açaï, fruit du palmier pinot, pousse dans les forêts humides amazoniennes (Brésil, Guyane…). Avec 80 kcal/100 g de baies fraîches, voilà un fruit assez calorique du fait de sa richesse en acides essentiels (oméga-9 et oméga-6) qui participent à la réduction du mauvais cholestérol.

Pourquoi y goûter ? Parce qu’il constitue une bonne source de polyphénols, antioxydants aux propriétés neuroprotectrices et anti-inflammatoires. Ses nombreuses vitamines (A, B1, B2, B3, C, D) comblent une grande partie de nos besoins journaliers. Oubliez ses pseudo-vertus amincissantes souvent mises en avant. « Cette baie ne fait pas directement perdre des kilos, mais sa forte quantité de fibres facilite le transit et modère l’appétit », tempère Nicolas Oger.

Comment la consommer ? En pur jus : 30 à 50 ml le matin à jeun. 1 mois par trimestre.

Photo 7/8© Istock/Getty Images
L’acérola  : championne en vitamine C

L’acérola  : championne en vitamine C

Fruit du cerisier des Antilles, l’acérola nous vient du Brésil, du Venezuela, mais également des Caraïbes, d’Hawaï et même d’Australie. Largement consommée en fruit, en confiture, en jus dans ces pays, sa pulpe juteuse affiche 32 kcal/100 g.

Pourquoi y goûter ? C’est l’un des fruits les plus riches en vitamine C naturelle : 20 à 30 fois plus que les agrumes ou le kiwi à poids égal ! Cet immunostimulant renforce les défenses de l’organisme contre les microbes et les virus, en activant la synthèse des anticorps.

Comment la consommer ? En comprimé à avaler avant midi. Jusqu’à 180 mg/jour pendant 1 mois.

Photo 8/8© Istock/Getty Images

Diaporama à suivre ...