Livres : les coups de cœur de la rédaction

15 photos
Les Français et les livres

Les Français et les livres

Le Salon du livre débute ce vendredi 24 mars à Paris. Selon une étude Ipsos, les Français sont toujours de grands lecteurs puisque 91 % d’entre eux déclarent lire à différentes fréquences. 

Et tenez-vous bien, ce sont les femmes de plus de 50 ans qui sont les plus grandes lectrices, avec plus de quinze livres dévorés par an ! Mais les pratiques de lecture évoluent peu à peu : 26 % des Français lisent dans les transports en commun (contre 21 % en 2015) et la lecture de livres numériques est en forte hausse chez les plus de 65 ans.

Pour commencer le printemps en beauté, voici une petite sélection de nos récents coups de cœur !

Photo 1/15© Istock/Getty Images
Mensonges et secrets

Mensonges et secrets

Le corps sans vie de Vera Sigall, une romancière chilienne très âgée, est retrouvé par son jeune ami Daniel qui ne croit pas à l’accident. Daniel rencontre Emilia, une étudiante venue rencontrer l’écrivain sur recommandation d’un grand poète, qui avait lui-même entretenu une relation amoureuse avec Vera. Le récit fait peu à peu émerger les secrets enfouis des deux anciens amants, dans une ambiance de mystère...

Être à distance, de Carla Guelfenbein, éd. Actes Sud, 22,50 €.

Photo 2/15© DR
Plume dandy

Plume dandy

Témoin privilégié de l’explosion de la pop culture, Tom Wolfe est un personnage excentrique dont les revues s’arrachaient les articles. Las Vegas, Les Beatles et les Rolling Stones, Cary Grant ou Natalie Wood sont scannés par la plume-caméra de l’inventeur du nouveau journalisme, qui écrit le réel en empruntant à la forme romanesque. Immersion, observation et mise en scène, Wolfe possède un génie unique pour faire vivre le monde qui l’entoure.

Où est votre stylo ?, de Tom Wolfe, Robert Laffont, 22 €.

Photo 3/15© Philippe MATSAS/Opale
Affreux, sales et méchants

Affreux, sales et méchants

À la mort de leur père fermier, trois garçons complètement demeurés se lancent dans une carrière de braqueurs de banque. Le nouveau prodige des lettres américaines (Le Diable, tout le temps, son premier roman, a croulé sous les prix) signe un western à l’humour au-delà du grinçant, parfois très cru. Chronique impitoyable de la bêtise humaine, c’est aussi une plongée saisissante dans l’Amérique pauvre des années 1910. Le talent à l’état pur.

Une mort qui en vaut la peine, de Donald Ray Pollock, Albin Michel, 22,90 €.

Photo 4/15© Philippe MATSAS/Opale
Ali le Magnifique

Ali le Magnifique

En 1973, le journaliste Victor Bockris rencontre Mohammed Ali alors qu’il prépare le combat contre George Foreman, qui le verra contre toute attente redevenir champion du monde. Mais l’écrivain s’intéresse moins au sportif légendaire qu’au héros de la contre-culture, conscience de la communauté noire, poète et même précurseur du rap. Il dresse le portrait d’un homme fascinant, d’une intelligence et d’une sensibilité hors du commun.

Mohammed Ali, le combat du ciel, de Victor Bockris, Globe, 18 €.

Photo 5/15© Philippe MATSAS/Opale
L'appel de Jack

L'appel de Jack

Incarnation de la mythologie américaine, Jack London est l’homme des grands espaces et de la nature sauvage. Ce livre abondamment illustré retrace la vie aventureuse de l’écrivain et journaliste, qui a parcouru le monde et écrit des chefs-d’œuvre comme l’Appel de la forêt, avant de mourir à 40 ans.

Les Vies de Jack London, de Michel Viotte, La Martinière et Arte éditions, 35 €.

Photo 6/15© DR
Américaines chinoiseries

Américaines chinoiseries

Ruiné après quelques mauvaises opérations en Californie, l’industriel Charles Wang veut retourner en Chine pour y refaire fortune. Il commence par traverser les États-Unis en voiture avec une partie de sa famille pour retrouver sa fille sur la côte Ouest. Ce roman truculent aborde avec subtilité et humour le thème de l’immigration, de l’intégration mais aussi de la cellule familiale. Une réflexion tout en légèreté sur l’Amérique d’aujourd’hui, qui prend un relief particulier avec l’élection de Donald Trump.

Les Wang contre le monde entier, de Jade Chang, Belfond, 22 €.

Photo 7/15© DR
Manipulations givrées

Manipulations givrées

Ce roman d’espionnage palpitant, plein d’humour british et remarquablement conté vaut mieux que son titre français, digne du Club des Cinq. En Sibérie, le corps d’une femme vieux de quarante mille ans est découvert par une scientifique soviétique, qui se livre alors à d’étranges et dangereuses manipulations génétiques... Jamais publiée en France, c’est la dernière œuvre avant son décès de Lionel Davidson, auteur très populaire en Angleterre et comparé à John Le Carré.

Johnny Porter et le secret du mammouth congelé, de Lionel Davidson, éd. Belfond Vintage, 18 €. 

Photo 8/15© DR
Dieu est humour

Dieu est humour

On le sait, tout est foutu. Alors, vite, choisissons-nous un dieu avant l’apocalypse. Mais en toute connaissance de cause. Dans un style totalement décontracté, les auteurs font une présentation très érudite des grandes religions. En ces temps où les crispations religieuses et communautaires gangrènent les sociétés, une salutaire irrévérence où chaque page déclenche le rire.

Bien choisir sa religion avant la fin du monde, de Samir Bouadi et Sébastien Dourver, éd. Pygmalion, 16 €.

Photo 9/15© DR
Bons baisers de Russie

Bons baisers de Russie

Tout ce que la vie nous offre de meilleur et de pire bouillonne dans cette grande fresque historique qui déroule, sur un siècle, la vie d'une famille géorgienne dont l'existence souvent tragique suit le cours torturé de l'histoire de la Russie et de l'Europe. La révolution bolchevique, la guerre, la répression stalinienne et l'exil impriment durement leurs marques sur six générations d'hommes et de femmes. Un livre fort, puissant, qui ne vous laisse aucun répit.

La Huitième Vie (pour Brilka), de Nino Haratischwili, éd. Piranha, 26,50 €.

Photo 10/15© DR
Gangster maudit

Gangster maudit

Écrit par un ancien braqueur réinséré grâce à l’écriture et salué comme un grand écrivain par James Ellroy ou William Styron, cette histoire très autobiographique raconte l’impossibilité pour un criminel sorti de prison de reprendre une vie normale. Tout est fait pour qu’il replonge dans le crime. Un chef-d’œuvre noir et impitoyable comme les bas-fonds de Los Angeles des années 1970, adapté à l’écran avec Dustin Hoffman (Le Récidiviste).

Aucune bête aussi féroce, d'Edward Bunker, éd. Rivages Noir, 9,50 €. 

Photo 11/15© DR
Aventures en Sarkozie

Aventures en Sarkozie

Il y a du Houellebecq dans la vision lucide et distanciée d’Aurélien Bellanger, un jeune et très talentueux écrivain. Son héros, fils de la bourgeoisie des Hauts-de-Seine, se retrouve par un concours de circonstances promu conseiller en urbanisme du prince (le président élu en 2007, jamais nommé). Il doit participer à la conception du Grand Paris. L’ascension est involontaire, la chute sera inévitable. Un récit d’une grande élégance doublé d’une réflexion politique. Le meilleur roman français depuis Soumission ?

 Le Grand Paris, d’Aurélien Bellanger, éd. NRF/Gallimard 22 €.

Photo 12/15© DR
Chabadabada...

Chabadabada...

Liat et Hilmi se rencontrent à New York, l’endroit rêvé pour s’aimer, très loin de leur terre d’origine : Israël pour elle, la Palestine pour lui. Mais les 9000 kilomètres les séparant du conflit qui ronge cette parcelle du globe peuvent-ils suffire à les préserver des tensions et des incompréhensions qui opposent leurs deux communautés ? Un texte fort et sensible, doublé d'une jolie histoire d'amour, qui a pourtant créé la polémique en Israël.

Sous la même étoile, de Dorit Rabinyan, éd. Les escales, 21,90 €.

Photo 13/15© DR
Jeunesse envolée

Jeunesse envolée

Les souvenirs de jeunesse du romancier et critique littéraire Michel Braudeau, dans un Paris post 68 où tout semble encore possible. Le jeune héros fait ses premiers pas dans l’édition et le journalisme. On y croise des fous furieux (Jean-Edern Hallier), des mythes (William S. Burroughs). L’auteur cultive une certaine mélancolie pour une époque grave et légère en même temps.

Place des Vosges, de Michel Braudeau, éd. du Seuil 16 €.

Photo 14/15© DR
Mata Hari(s)

Mata Hari(s)

Masculin, l’espionnage ? Pas complètement. La journaliste Chloé Aeberhardt a enquêté cinq ans pour rencontrer quelques espionnes à la retraite. Comme Tatiana, l’ancienne du KGB, ou Jonna, l’Américaine de la CIA, qui a participé à l’exfiltration de diplomates hors d’Iran en 1980 (relatée dans le film Argo). Un univers passionnant, plus proche des James Bond qu’on ne l’aurait pensé.

Les espionnes racontent, de Chloé Aeberhardt, éd. Robert Laffont, 20 €.

Photo 15/15© DR

Diaporama à suivre ...