Rentrée littéraire : huits romans à dévorer

8 photos
Le vieil homme et l'amer

Le vieil homme et l'amer

Médecin à la retraite, Fredrik vit reclus sur une petite île de la Baltique, en Suède. Une nuit, il est brutalement réveillé par l'incendie de sa maison. Quelqu'un a-t-il voulu le liquider ? Sous ses airs de polar, l'ultime roman d'Henning Mankell (décédé en octobre) décrit avec délicatesse les affres d'un homme tiraillé entre ses regrets, ses désirs et sa peur de mourir. Émouvant.

Les Bottes suédoises, d'Henning Mankell, éd. du Seuil, 21 €.

Photo 1/8
Diabolo menthe

Diabolo menthe

Surnommée la « Françoise Sagan américaine», Joyce Maynard a connu le succès à 19 ans avec Une adolescente américaine. Depuis, celle qui a partagé la vie de Salinger n'en finit pas d'explorer ce moment où l'on n'est plus enfant, pas encore adulte. Wendy, 13 ans, perd sa mère dans les attentats du 11 septembre. Elle part vivre en Californie chez son père, qu'elle connaît à peine. Entre les souvenirs d'enfance qui affluent et les rencontres que lui réserve sa nouvelle existence, Wendy surmonte l'absence de sa mère et sublime l'amour que celle-ci lui a transmis. Un roman d'initiation sauvage et épuré.

Les Règles d'usage, de Joyce Maynard, éd. Philippe Rey, 22 €.

Photo 2/8
États d'âme en bleu

États d'âme en bleu

Police est aussi court que la nuit où se déroule son action. Trois flics, Virginie, Érik et Aristide, sont chargés de procéder à l'expulsion d'un étranger en situation irrégulière. Une mission de routine, a priori. Mais rien ne se déroule comme prévu et, tout policiers qu'ils sont, ils voient leurs certitudes voler en éclats. Ramassé et nerveux, abondamment documenté (l'auteur s'est immergé chez les flics pour les étudier), ce récit d'un moment où l'ordinaire bascule dans l'impensable est remarquable de justesse et de nuances.

Police, d'Hugo Boris, éd. Grasset, 17,50 €.

Photo 3/8
Henderson, le nouveau géant

Henderson, le nouveau géant

Il y avait Jim Harrison, Cormac McCarthy, Norman Mailer ou William Faulkner. Il faut désormais ajouter Smith Henderson au club des grands écrivains américains. Son Yaak Valley, Montana, récit implacable et dévastateur, est un pur tour de force. Le Montana d'Henderson n'est pas celui d'Harrison. Pas de grands espaces sauvages, mais une Amérique misérable et violente, une galerie de personnages hors système, au temps de la montée du reaganisme. Le héros, Pete, travailleur social, est quotidiennement confronté à cet infra-monde dévasté par la folie, l'alcool et les mauvaises drogues. Un univers qui se déploie dans toute sa brutale crudité sous la plume d'Henderson. Sans affect, sans emphase, mais avec une puissance qu'on n'avait pas vue depuis McCarthy, qu'Henderson évoque parfois. Un chef-d'œuvre.

Yaak Valley, Montana, de Smith Henderson, éd. Belfond, 15,99 €

Photo 4/8
Yes we can ?

Yes we can ?

Tout oppose ces deux familles new-yorkaises. Dans l'une, le père est un immigré sans papiers venu du Cameroun ; dans l'autre, un banquier chez Lehman Brothers. Leur rencontre, sur fond de crise des subprimes, incarne l'Amérique d'Obama. D'origine camerounaise, Imbolo Mbue livre une fable drôle et fraîche sur l’american dream. Tournant le dos aux bons sentiments, elle confronte ses héros à leurs illusions et révèle la grâce infinie de ceux qui doivent renoncer à leurs rêves...

Voici venir les rêveurs, d’Imbolo Mbue, éd. Belfond, 15 €.

Photo 5/8
Femme au bord de la crise de nerf

Femme au bord de la crise de nerf

Élisabeth a passé la soixantaine. Elle ne s'est pas vue vieillir. Et s'ennuie dans sa résidence de banlieue. La rencontre avec son voisin de palier, un drôle de petit bonhomme excentrique et attachant, va changer sa vie. Surtout lorsqu'il étrangle sa femme... Traquant la métaphysique derrière le ridicule de ses personnages, Yasmina Reza épingle la mécanique des sentiments avec une précision d'entomologiste. Un récit à l'humour cinglant, qui révèle notre part obscure.

Babylone, de Yasmina Reza, éd. Flammarion, 20 €.

Photo 6/8
Thérapie familiale

Thérapie familiale

D'où vient cette malédiction qui pèse sur la famille Bartolome ? « Cette insatisfaction cuisante et ce vague à l'âme taraudant qui allait de pair avec le désir d'explorer le monde... » Atanasia, jeune Espagnole échouée à Paris, remonte le temps pour explorer l'histoire de ses ancêtres et s'inventer une identité. Entre l'Espagne ravagée par la grande peste, l'Afrique du XIXe siècle en proie aux démons colonisateurs et le pays basque écrasé par la chape franquiste, une fresque picaresque où la fantaisie de Véronique Ovaldé s'exprime avec une liberté réjouissante.

Soyez imprudents les enfants, de Véronique Ovaldé, éd. Flammarion, 20 €.

Photo 7/8
Accident de parcours

Accident de parcours

Thomas, informaticien, vole de succès en succès professionnel et forme avec Camille un couple heureux et matériellement très à l’aise. Une nuit, un coup de fil lui apprend que sa femme a été victime d'un grave accident, sur une route où elle n'aurait pas dû se trouver. Il se lance dans une enquête riche en découvertes pour le moins perturbantes. Un roman très ambitieux, où le personnage principal se perd dans les méandres de sa propre vie, qui se fissure page après page. Luc Lang a l'art de maintenir perpétuellement le lecteur en haleine. 

Photo 8/8

Diaporama à suivre ...